Orbis Enigma : Le projet Équateur Penché

Patrice:

Après ce premier film, j'ai eu le sentiment paradoxal d'être allé à la fois trop loin, et pas assez. Trop loin, car, pour le grand public, auquel j'appartenais au tout début de cette enquête, les conclusions qui s'imposent semblent impossibles, voire improbables. Et pas assez, car mon film "La Révélation des Pyramides" pose beaucoup plus de questions qu'il n'apporte de réponses.

Pour ma part, je suis convaincu que tout ce que nous avions montré dans ce film ne pouvait pas être dû au hasard, ni en ce qui concerne la Grande Pyramide, ni “l'équateur penché”, incliné à 30°, ni encore l'accumulation d'anomalies incompréhensibles culturellement dans le monde entier à travers les âges. Sans oublier les nombreux défis jetés aux théories établies par les scientifiques eux-mêmes.

Alors, j'ai poursuivi le travail, continuant cette relation entamée avec Jacques Grimault, mon “informateur”, et c'est alors que, lentement mais sûrement, toujours avec la même rigueur, fort de ses plus de 40 années de recherches à ce jour, Jacques m'a divulgué des éléments nouveaux, que nous allons exposer et documenter dans notre prochain film… et dans les suivants.

Non seulement est-il possible et relativement facile d'aller au-delà de la démonstration de "La Révélation des Pyramides", mais les nouvelles conclusions vont très au-delà de tout ce que j'aurais pu imaginer.

Pour citer Sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes : "Lorsque vous avez éliminé l'impossible, alors ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement vrai."

Image © Chris Dunn , avec nos remerciements. (Visitez gizapower.com)

Jacques:

J’ai dérivé l'équateur penché (Lop-Sided Equator, ou LSE) de la relation entre le point le plus central de la Terre – Gizeh – et le plus isolé – l’Île de Pâques, dépendante du Chili: la distance entre le centre géométrique de cette île et le sommet de la grande pyramide est de 16 180 km, soit Phi x 10 000 km, valeur du quart du périmètre terrestre. C’est en relevant le triangle sphérique de ces dimensions que nous trouvons le nord géomagnétique et son importance en tant que lien de calcul avec: 

  • la nature d’une menace astronomique d’espèce cyclique
  • le cycle de précession des équinoxes en liaison avec ce ‘marquage’ terrestre
  • le langage mathématico-analogique utilisé par les anciens bâtisseurs
  • le lien espace-temps et la vitesse de la lumière
  • le lien avec la lune et le reste du système solaire, qui fera l’objet de notre prochain film, L’Equateur Penché

Dans LSE j’explique entièrement pourquoi les grands sites sont alignés sur cet Equateur (et pas un autre ; car il est le seul en relation avec le nord géomagnétique) ; pourquoi il s’agit de méthodes de constructions antisismiques analogues et d’orientations semblables. Nous mettrons en relation les mythes et légendes du monde ainsi que des visions  et autres prédictions d’apocalypse (révélation, en grec). Nous mettrons aussi en relation les facteurs physiques contenus dans la grande pyramide (vitesse de la lumière et vitesse de déplacement spatial d’un point à l’Equateur notamment. Etc.

Finalement, ce que l’on découvre pour la Terre se reproduit quasiment à l’identique pour le système solaire, avec les mêmes caractéristiques relativement à Pi et Phi… Tout cela sera exposé dans le film suivant, LSE, au milieu d’autres informations encore plus percutantes et concentrées.

Merci de nous suivre dans cette aventure vitale. 

Tous droits  réservés  © PiPhi sàrl 2012